Muhammad Hamidullah

Un exemple d’engagement et de qualité du vivre-ensemble

Plus proche de nous, le Pr. Hamidullah était l’homme de dialogue en action. Il est le premier musulman à avoir traduit la totalité du Coran en langue française et c’est son ami Louis Massignon, qui préface la première édition. En plus des milliers d’articles scientifiques et des dizaines d’ouvrages dont il était l’auteur, Hamidullah était un homme de terrain. De conférence en conférence, dans les universités, les mosquées, des églises, des synagogues et des temples divers, il se rendait pour expliquer l’islam… jusqu’à ce que ses jambes ne puissent plus le porter.
Depuis les années 1950 jusqu’à son décès, il aura eu à cœur d’entretenir l’amitié entre musulmans, chrétiens et juifs. En 1948, il est le cofondateur du premier Centre culturel islamique de France (CCI), qui a compté parmi ses membres Haydar Bammate, Malek Bennabi, Eva de Vitray-Meyerovitch. Rendant accessible la culture musulmane dans sa diversité, au-delà de son dogme et de ses idéologies, les conférences du CCI, organisées jusque dans les années 1960, conviaient de grands orientalistes tels que Louis Massignon, Henry Corbin, Jacques Berque ou encore Henri Massé.

Dans les années 1970, dans la paroisse de Saint-Séverin, à Paris, Hamidullah participe aux réunions organisées entre musulmans et chrétiens, sous l’égide du Secrétariat pour les relations avec l’islam (SRI), présidé par le Père Michel Lelong. Le Père Lelong, un des parrains du centenaire Hamidullah, dit du Professeur : « J’ai été impressionné par sa foi, une grande modestie, une capacité d’écoute. Le dialogue interreligieux, c’est le dialogue à Dieu, il ne jugeait pas l’autre. Il écoutait, il n’en pensait pas moins ! Pour nous, croyants, c’était un bel exemple. J’ai rencontré à plusieurs reprises le pape Jean-Paul II. Ils se ressemblent, parce qu’ils sont tous deux attachés à leur foi, à leur théologie, à leur religion. Ce sont de vrais croyants qui ont montré le chemin vers l’humanité, vers la véracité, vers Dieu. »

En 1992, le Pr. Hamidullah, déjà octogénaire, signe l’ouvrage Abraham, avec Émile Moatti et le Père Pierre Rocalve. Ce livre, devenu rare en librairie, est une symphonie à trois voix monothéistes, dans la fraternité d’Abraham.

Cheikh Larbi Kechat

Hamidullah

Print Friendly

Comments are closed.